Coup de sonde…

Académie des Beaux-arts de Verviers
lundi 3 juin 2019
popularité : 41%

du 24 juin au 31 août 2019
Au cinéma Churchill

Dans le monde d’aujourd’hui, global et « multi-connecté », il n’y a plus de centre. Plus besoin de monter à Paris pour monter dans les bateaux de l’avant-garde, ni de s’installer à New-York pour rencontrer des gens intéressants. Les artistes sont partout, autour de vous. Ils vous parlent, où que vous soyez, et quoi que vous viviez. Nous vous en proposons ici un petit florilège verviétois, qui prouve une fois encore la valeur de ces « Académies » qui le soir pondent les vocations comme le matin les boulangeries sortent les petits pains !

L’impact n’est pas n’importe quelle trace. C’est une trace de violence.
Dans ses oeuvres, Olivier Bertrand inscrit la violence, plutôt qu’il ne la décrit. Celle-ci s’enfonce dans la sourdine du papier, et se renforce en exposant son arbitraire, son aléatoire. Un peu comme dans la vie…

L’ombre, indissociable composante de notre être, semble receler, pour Renaud Brixhe, des pans de l’histoire de chacun restant encore à mettre en lumière. Impréhensible projection de nous-même, elle nous permet de prendre conscience de notre propre consistance.

Entre rébus imagé et collage automatique, Yves Bodeux nous livre sa perception du monde dans lequel il décèle mille et une facettes…
Des récits décalés, finement acidulés, de voyages entrepris dans les méandres de l’esprit comme autant de découvertes sur soi qui étonnent encore et encore.

Comment un Être humain peut-il avilir un autre Être humain ? Jacqueline Devahive veut imprégner ce questionnement en chacun de nous, avec l’espoir que toutes les exactions qui ont marqué — et marquent encore — les pages les plus nauséabondes de notre Histoire ne sombrent dans l’oubli.

On trouve dans la banalité, des images… Une prise électrique par exemple, dispositif insignifiant pour beaucoup, devient, pour Mickaël De Wergifosse, le prétexte – le sujet – d’une méditation sur la chose et sur le regard que nous lui portons. À savourer comme un petit morceau de chocolat mais cette fois, en ouvrant grand les yeux !

Inlassablement, les formes et les nuances se sont dépouillées et affinées pour révéler des vibrations éclatantes, des frémissements inattendus. Le rouge est entré dans l’univers de Marietta Dobbelstein pour le meilleur : un compagnonnage passionné guidé par le plaisir de la découverte.

De l’emballage de ces petites boîtes médicamenteuses ne reste plus que la structure, l’origami. Elles nous emmènent vers d’autres architectures : celles de l’esprit, des sociétés --- ou de la société des hommes. Nous nous trouvons devant la représentation — interprétée comme il se doit — d’un monde par lequel Nadine Fis nous ramène au nôtre, à nous-mêmes.

Quand le chasseur est passé, les lièvres ne dansent plus. Ils pendent. Ce qui pend est en général mort, ou proche de l’être. L’être est-il proche de ce qui pend ? Anne Kiesecoms semble avoir levé ce lièvre-là : entre être et n’être plus, il n’y a que l’insoutenable légèreté d’un pas.

Des points sur un fond, c’est le langage simplifié de la forme et de la couleur, en rapport à l’espace, au temps et au mouvement que Dominique Willemart explore en toute humilité. Encrée (sic) dans le moment présent, elle produit des oeuvres intemporelles empreintes de sensibilité qui nous invitent à la contemplation.


Galerie du Cinéma Churchill, rue du Mouton Blanc à 4000 Liège
Galerie ouverte tous les jours de 14 à 24 heures, les week-ends et fériés de 12 à 24 heures
Renseignements Asbl WEGIMONT CULTURE
Gsm : 0477 38 98 35
info@wegimontculture.be
http://wegimontculture.be
https://www.facebook.com/wegimontculture