Jacques Thannen

Faces et Profils, images voilées
vendredi 16 juin 2017
popularité : 50%

Du 31 juillet au 30 septembre 2017 au cinéma Churchill
Finissage le vendredi 29 septembre à 18h30

Jacques Thannen nous entraîne d’une image à l’autre, sans répit, dans un monde obscur, inquiétant, troublant. Attirance et répulsion, fascination et dégoût, on se surprend envahi d’un désir coupable de scruter l’image, d’insister, de forcer notre regard pour y découvrir les failles qui permettraient de voir, d’entrevoir ce qui n’est pas montré. Soulever discrètement un coin du voile qui emprisonne et dissimule les figures, pour voir et savoir.

Jacques Thannen / 2017 / gravure sur bois mdf

Les oeuvres de Jacques Thannen sont des xylo-linogravures. Relevant de la même technique de gravure en relief, les deux matériaux, le bois et le linoléum utilisés comme matrice, offrent de légères variantes de textures mais dans tous les cas, aspect incisif du trait et densité des aplats confèrent à l’image puissance et force d’expression. Ces manières aux effets quelque peu brutaux et fortement contrastés sont tempérées à l’impression, par l’utilisation d’encres variées allant du noir profond au blanc crème en passant par toutes les nuances de gris et d’ocre. Certaines planches sont imprimées sur un papier Japon très fin, transparent, ce qui permet à l’encre de le traverser et de l’imprégner des deux côtés. Cette technique contribue à créer des effets de flou, de fragilité, d’instabilité renforçant l’impression de mystère et d’angoisse qui émanent des figures.
Si les tonalités de terre, de charbon et de cendre dominent dans la plupart des oeuvres, la couleur parfois s’immisce dans les noirs en osant le contraste fort du rouge et du vert. Et dans tous les cas, dans le noir, l’ocre et le gris ou dans la couleur, estompages, effets d’ombre et de transparence, loin d’atténuer la rigidité des contrastes, renforce encore l’impression de pesanteur et d’effroi qui se dégage de ces figures inquiétantes.

Des torses, ou seulement des visages, de face et de profil, sont enserrés dans une sorte d’enveloppe trop étroite qui les étrangle, un voile, une cagoule, un masque, des bandeaux, des sangles, des cordes… On devine, on pressent, on redoute. L’image ne décrit pas, ne démontre pas, elle suggère. De ces personnages dont on ne sait rien, il ne reste que des silhouettes informes, une trace fantomatique, des ombres profondes d’un noir intense ou évanescentes en tonalités légères, criblées de traits acérés, de griffures, de blessures. Torturées et déjà disparues. Dans les visages, parfois, à travers une fente imperceptible, filtre l’intensité d’un regard angoissé, bouleversant que l’on n’ose croiser.

Jacques Thannen « Torse 1 » 2008

Ici ou d’ailleurs, tous ces visages voilés, dissimulés, bâillonnés ont perdu leur identité, leur être, leur âme. Visibles, face au spectateur, et invisibles, leur présence révèle aussitôt l’absence et leur apparition se meut tout aussitôt en disparition.

Colère, fantasmes, frustration… Devant ces visages anonymes, murés dans le silence, volontairement ou non, bien des sentiments étranges, troublants, ambigus se mêlent en nous. L’artiste ne résout pas l’énigme ; il nous laisse désarmés face à l’ambiguïté de ses images, seuls face aux réalités de la vie sociale, religieuse et politique de notre temps qu’il évoque inéluctablement, volontairement, il laisse planer le mystère et invite au doute, au questionnement. C’est bien cela la force de l’art.

Anne Gersten


Galerie du Cinéma Churchill, rue du Mouton Blanc à 4000 Liège
Galerie ouverte tous les jours de 14 à 24 heures, les week-ends et fériés de 12 à 24 heures
Renseignements Asbl WEGIMONT CULTURE
Gsm : 0477 38 98 35
info@wegimontculture.be