Jean-Luc Herman

samedi 19 janvier 2013
popularité : 68%

L’œuvre de Jean-Luc HERMAN

dans les collections de la Province de Liège (donation et acquisitions)

Du 19 janvier au 3 mars 2013 les samedis et dimanches de 14h à 18h et sur rendez-vous.

Vernissage : le 18 janvier 2013 de 18 à 21h.

Achats et dons…

Le Collège provincial de Liège et le Député provincial Paul-Emile MOTTARD en charge de la culture, procèdent régulièrement à des acquisitions d’œuvres d’artistes résidant, ayant résidé ou travaillant sur son territoire. Ce patrimoine artistique, constitué au fil des années, est riche, diversifié et représentatif du foisonnement créatif qui caractérise notre Province : peintures, gravures, photographies, dessins, collages, sculptures, textiles, vidéos, céramiques, planches de bédé…

Au total, ce sont un peu plus de deux-mille pièces qui composent les collections provinciales.

Ce patrimoine a également été enrichi par des dons d’artistes ou de leurs héritiers. C’est ainsi qu’en 2012, l’artiste Jean-Luc Herman a fait l’honneur à la Province de céder peintures, lavis, sérigraphies, gravures et livres d’artistes.

Une donation d’une grande valeur à découvrir à la galerie d’art de Wégimont.

Un regard sur l’œuvre de l’artiste
 :

« […] La couleur n’emplit aucune forme, ne rencontre rien, ne colore rien, ne s’accorde rien. Elle est là, unique, seule, envahissante, submergeante. Lente ou rapide, l’expérience est immédiate. Comme peut le faire le son pour la musique, la couleur pénètre le corps sans passer par le détour des sens adéquats. À travers le corps bouleversé, elle s’installe comme un silence dans lequel on respire, comme le temps qui s’arrête et nous fait toucher à la beauté inaccessible.

L’artiste aime aussi la matière, la richesse des papiers, épais, veloutés, légers, voile ou buvard, soit qu’ils boivent l’encre avidement, soit qu’ils la happent du bout des lèvres pour n’en laisser qu’une trace évanescente, mais toujours la couleur pénètre la matière, la traverse et la transmue en lumière. Le plein s’associe au vide ; le solide ou fluide et au ténu, la matériel à l’immatériel. ? […]

Jean-Luc Herman, par la seule couleur, sans forme et sans sujet, transcende

la matière par sa transparence et sa vibration, tend vers cette lumière là  ».


Anne Gersten


© J-L. HERMAN et I. ELIRAZ, Rien n’empêche d’aller au-delà, 2006. Photo : J-M SARLET